Tup, l’informatique au service du paysage

Thébaud Urbanisme et Paysage, TUP, est une société spécialisée dans le traitement urbanistique de l’espace et d’aménagements paysagers, de l’étude d’impact au projet. L’urbaniste paysagiste Philippe Thébaud l’a créé en 1986. Dans un entretien accordé à BTPinformaTIC, il revient sur son informatisation réalisée il y a quinze ans: une nécessité pour rester en phase avec l’évolution du marché et surtout satisfaire les exigences des maîtres d’ouvrages.

Reportage réalisé par Florian Mascaro et Xavier Fodor

 
+ d'infos : une informatique selon les vœux des maîtres d’ouvrages

Urbaniste paysagiste, paysagiste conseil de l’État, enseignant à l’École des ingénieurs paysagistes de Genève et à l’École d’ingénieurs de la ville de Paris, Philippe Thébaud a créé la SA Thébaud Urbanisme & Paysage (TUP) en 1986 sur les bases de sa précédente activité en agence libérale. Cette société est spécialisée dans le traitement urbanistique de l’espace et d’aménagements paysagers, de l’étude d’impact au projet. Depuis sa création, l’expérience et la notoriété de TUP l’a conduite à intervenir sur des projets de sites très variés (parcs et jardins, hôtels, cœurs de villes, centres d’activités, grands projets urbains, programmation territoriale) tant en France métropolitaine et territoires d’outre-mer qu’à l’international comme dans les pays d’Europe de l'Est, en Chine ou bien encore dans les Émirats.

Aujourd’hui, l’équipe composée d’une vingtaine de personnes (architectes paysagistes, ingénieurs, infographes, techniciens…) utilise presque par nécessité les outils informatiques. En effet, elle se heurte régulièrement à la difficulté de faire comprendre à des interlocuteurs (élus, promoteurs, riverains, etc.) un projet urbain ou de paysage en plan 2D. D’autant qu’un tel projet bouleverse fréquemment l’existant et perturbe les interlocuteurs qui, sans référence visuelle, ont du mal à se projeter dans l’avenir; Ce que permettent les projections en images 3D.
Par ailleurs, l’informatisation répond à des obligations contractuelles ou de marché. «Il est indispensable de disposer du logiciel ad hoc pour ouvrir sans gêne les fichiers transmis par un maître d’ouvrage. Autre exemple: les DDE exigent depuis près de dix ans de recevoir des réponses construites sur AutoCAD. Résultat: si vous n’investissez pas dans l’informatique, vous ne pouvez pas travailler!» confie Philippe Thébaud qui, subtilement pointe nos spécificités nationales: «En Chine, je n’ai jamais eu aucun problème d’échanges car nous utilisons tous les mêmes formats. Le dialogue s’avère très simple car la base technique est commune».
Il y a quinze ans, lorsque TUP a voulu sauter -en précurseur- le pas de son informatisation, il n’existait, en France, aucun outil adapté au métier des paysagistes, Philippe Thébaud a donc traduit en français le logiciel LandCAD mis au point par Autodesk aux Etats-Unis. Depuis, la palette d’applications disponibles s’est élargie. Les architectes paysagistes utilisent pour réaliser les plans techniques AutoCAD et, depuis peu, Civil 3D.Par ailleurs, l’équipe qui découvre SketchUp se sert de Photoshop et d’inDesign pour l’élaboration des dossiers de présentations transmis le plus souvent aux clients en PDF par soucis de facilité de lecture mais surtout de sécurisation du contenu. Il est indispensable d’intégrer dans l’environnement informatique de TUP Maya et Amap, les outils utilisés par Géo-Vision Avenir (GVA), une société sœur de TUP créée en 1996 par Philippe Thébaud spécialisée dans la réalisation de films et d’images de synthèses 3D construites à partir de données géo-référencées.
L’appropriation des outils s’est faite sans trop de mal car elle s’est réalisée avec l’implication de tous les collaborateurs, y compris des plus anciens. Contrairement à d’autres agences, TUP a ainsi évité la problématique de la rupture technologique générationnelle. Pour autant, les efforts en termes de formation et d’investissements sont permanents car, comme le constate et le regrette Philippe Thébaud: «Tout va très vite. Les nouveaux logiciels demandent des adaptations continues. Par exemple, aujourd’hui vous ne créez plus de lignes, des traits et des ronds ensuite levés en 3D, mais vous des objets que vous formez et déformez».
Xavier Fodor

Voir aussi : www.thebaud-tup.fr/fr

Partagez cette vidéo sur

Ajoutée le 30/01/08

Vues : 3438



Commentaires

Poster votre commentaire :


  • Air Max  -  le 10/06/2013

    Great, I liked the article you wrote!

La newsletter

Ne ratez rien de l’actualité informatique & BTP
recevez gratuitement notre Newsletter